Nouveau: MarcoPolo-R a été SELECTIONNEE pour la phase d’étude de faisabilité des missions M3 de l’ESA (25 Février 2011)
Voir l’annonce de l’ESA sur:
http://sci.esa.int/science-e/www/object/index.cfm?fobjectid=48467

MarcoPolo-R est une mission dont le principal objectif est de rapporter sur Terre un échantillon d’un astéroïde géocroiseur. Cette mission poursuit le même objectif que la mission Marco Polo déjà étudiée à l’ESA lors de la sélection précédente (classes M1-M2) qui ne peut être atteint que par l’analyse d’échantillons dans des laboratoires terrestres. Le projet a été révisé afin de réduire le coût du projet d’origine.
Voir le site de la mission Marco Polo initiale pour plus de détails concernant l’étude précédente.

100 AsteroidEarth MP_cover_final
Les petits corps: précurseurs des planètes et de la Vie (?)
(à gauche: dessin d’un disque protoplanétaire par W.K. Hartmann; à droite: couverture de la proposition MarcoPolo-R)


Les objectifs scientifiques d’une mission de retour d’échantillon ont été exposés en détail dans la proposition initiale Marco Polo et dans le rapport de l’étude précédente de faisabilité (Yellow Book; voir Documents). La nouvelle étude bénéfiera par conséquent de l’héritage de trois études industrielles exsistantes et des travaux sur les instruments développés en parallèle.
Les missions de retour d’échantillon d’astéroïdes sont considérées comme hautement prioritaires par les principales agences spatiales dans le monde et des décisions clées sont attendues courant 2011 concernant les missions proposées.

Une mission de retour d’échantillon d’un astéroïde binaire primitif par l’ESA avec une contribution de la NASA est proposée (fenêtres de lancement entre 2020 et 2024) avec une conception qui permet de rester dans les coûts d’une mission de classe M. Le choix d’un astéroïde binaire permettra d’effectuer l’exploration de processus géophysiques et géologiques fascinants sur les astéroïdes, impossibles à effectuer sur un objet individuel, tout en réduisant certains risques associés à la navigation. Une possibilité existe aussi d’une participation de l’ESA en mission d’opportunité à la mission de retour d’échantillon OSIRIS-REx de la NASA, qui servirait de précurseur à la mission MarcoPolo-R. Une telle participation dépendra de la sélection finale d’OSIRIS-Rex dans le programme New Frontiers de la NASA (pour un lancement en 2016), attendue au printemps 2011.

fig9new
La figure montre toutes les images collectées par des missions spatiales durant des survols ou des visites dédiées à des astéroïdes et des comètes. Concernant les astéroïdes, il faut souligner que seul l’astéroïde Mathilde (50 km) a un type spectral (C) et un albédo (0.03) suggérant qu’il contient du matériau primitif. Cependant, cet objet a seulement était survolé et rien n’est connu concernant sa composition. De plus, sa taille (et donc sa gravité) est de plusieurs ordres de grandeur au-dessus de celle d ‘un objet kilométrique tel que la cible de MarcoPolo-R.

MarcoPolo-R a le potentiel de révolutionner notre compréhension des propriétés du matériel primitif présent dans le Système Solaire et de nous éclairer sur la nature des petits corps, ce qui constitue une étape essentielle pour comprendre les conditions primordiales responsables de la formation des planètes et de l’émergence de la Vie. Enfin, elle fournira des informations cruciales sur les géocroiseurs pour développer des stratégies appropriées pour protéger la Terre d’un impact de l’un de ces objets potentiellement dangereux.